La Mésange charbonnière (Parus major)

Mésange charbonnière (Parus major) sur une brancheIdentification :

Voici la plus grande de nos Mésanges, la Mésange charbonnière. Son nom lui vient de sa calotte et de sa large bande pectorale noires, on ne peut pas la confondre avec une autre Mésange (Le mâle arbore une bande pectorale plus large que la femelle, c’est ainsi qu’on les distingue).

C’est la plus répandue des Mésanges. On la rencontre très souvent dans nos jardins et dans les parcs car elle évolue volontiers à proximité des habitations. Elle y trouve nourriture et sites de nidification. Elle est toute aussi familière que la Mésange bleue. C’est un oiseau grégaire qui vit en joyeuse bande bruyante et dynamique de quelques individus, souvent mélangé à d’autres espèces de Mésanges notamment de Mésange bleue et de Mésange à longue queue. La Mésange charbonnière a un vol ondulant comme toute les Mésanges (Alternance de phases battues et de phases planées). La Mésange charbonnière mesure 14cm de long pour un poids de 15 à 20 gr. Elle vit entre 3 et 5 ans seulement en milieu naturel.

Chant de la Mésange charbonnière:

On peut entendre le chant du mâle  Mésange charbonnière tout au long de l’année, il délimite son territoire et le défend violemment contre les intrus.

Habitat & répartition :

La Mésange charbonnière est moins dépendante que la Mésange bleue des vieux arbres creux pour sa nidification, on la rencontrera donc a plus grande proximité des activités humaines.

Elle affectionne les milieux semi ouverts comme les parcs et les jardins, les allées boisées.

La Mésange charbonnière est sédentaire est reste sur son territoire toute l’année. En montagne elle monte jusque 2000m à la belle saison et redescend dans les vallées en hiver.

Elle est présente sur tout le continent Eurasiatique.

Reproduction & nidification :

La Mésange charbonnière niche dans toutes sortes de cavités naturelles ou artificielles disponibles (Gouttière, pot en terre cuite, poteau creux, trou d’arbre, volet roulant, vieille sacoche abandonnée…). Et pour cette raison elle s’installe volontiers dans les nichoirs artificiels en bois mis à sa disposition dans les arbres. Il est facile de venir en aide à ces Mésanges en disposant nichoir et mangeoire dans son jardin.

Les Mésanges charbonnières sont 2 nichées par ans, en avril/mai puis en juin. La saison de reproduction débute par la parade nuptiale du mâle pour trouver une femelle : il hérisse ses plumes pour avoir une crête sur la tête et bombe le torse pour montrer sa bande pectorale noire. Puis viennent l’accouplement et la ponte.

La femelle Mésange charbonnière pond entre 8 et 16 œufs blancs tachetés de pointillés marron clairs. Elle couve seule ses œufs tandis que le mâle lui apporte sa pitance directement au nid. Les oisillons éclosent après 14 jours d’incubation et sont nourris pendant une vingtaine de jours (La durée du séjour au nid dépend des ressources alimentaires et du nombre d’oisillons à nourrir) au nid puis environ 1 semaine à l’extérieur du nid.

Les jeunes prennent leur envol définitif environ 1 mois après leur éclosion. Un site de nidification peut être utilisé plusieurs années de suite, si bien que les nids successifs s’empilent les uns au-dessus des autres dans la cavité.

Lire l’article sur les plantes aux vertus fongicides utilisées par les Mésanges pour bâtir leur nid.

Nourriture :

La Mésange charbonnière est insectivore à la belle saison, elle nourrit ses jeunes de chenilles presque exclusivement. Elle recherche chenilles, insectes, larves et araignées dans l’arbre, sur le tronc et les branches et sous les feuilles ou à même le sol.

Avec l’arrivée du froid la Mésange charbonnière devient végétarienne granivore : elle recherche les graines, les fruits et les baies mûrs, les bourgeons.

En hiver elle est très friande des graines et boules de margarine des mangeoires.

Termes de recherche:

  • mésange charbonnière (356)
  • mésange charbonnière le male monte la garde (229)
  • mésanges charbonnières (42)
  • la mésange charbonnière (24)
  • mésange charbonnière en hiver (20)
  • mésange charboniere en hiver (17)
  • mésange charbonnière quand il fond leur nid (13)
  • combien de temps couve une mesange (4)
  • mesange reproduction (3)
  • reproduction des mesanges (3)
  • reproduction mesange (3)
  • mesange charboniere (2)
  • nichée mesange (2)
  • nichee mesanges (2)
  • mésanges reproduction (1)

9 réflexions au sujet de « La Mésange charbonnière (Parus major) »

  1. Sébastien

    Bonjour,

    Un petit commentaire pour vous remercier pour cet article et surtout pour les magnifiques photos qu’il contient! J’ai particulièrement aimé celle où la mésange charbonnière prend son bain!

    Cordialement,
    Sébastien

    Répondre
  2. Emilie

    Un grand merci pour ces excellents articles.

    J’anime un blog intitulé Familles nature dans lequel je propose des pistes d’activités pour inciter les familles à resserrer leur lien avec la nature environnante.

    Je viens d’éditer un petit quiz sur les oiseaux susceptibles de fréquenter une mangeoire. J’ai utilisé votre photo de mésange charbonnière. J’ai bien entendu noté votre lien en légende et j’espère vivement que mes lecteurs vous rendront visite!

    Dites-moi si cela vous pose problème que j’ai utilisé votre photo: je la retirerais immédiatement!

    Encore bravo pour votre travail, j’attends la suite avec impatience!
    Cordialement,

    Emilie Lagoeyte

    Répondre
  3. haeven

    apres quelques travaux l’eté dernier ,nous avions gardés quelques bloc de beton au jardin .
    le soleil nous est revenus et pendant ces derniers jours profitant du soleil nous avons effectués de la remise en ordre de notre jardin et…..en déplacant un bloc de béton et bien surprise un couple de mésange avait établis leur nid et une couvée de 5oeufs etait bien entamee .
    nous avons replacer ce bloc et nous allons le laisser pour ce couple en espérant qu’ils reviennent pour leurs petit car ils ont eter déranger et nous avons peur qu’ils abandonnent leur petits.

    Répondre
    1. ParusMajor Auteur de l’article

      Effectivement on voit régulièrement des Mésanges nicher dans des parpaings troués, ca peut d’ailleurs faire un nichoir maison à moindre coût !

      Répondre
  4. MOEGLIN Jacques

    Bonjour,
    J’habite une ancienne ferme . L’hiver dernier,une mésange charbonnière est venu passer les nuits, seule, dans notre étable/ atelier. (Elle a été photographiée, perchée en attendant l’ouverture de la porte)
    Elle rentre le soir et s’envole le matin dès que nous ouvrons la porte.
    Plus encore, cette année, dès novembre, elle est revenue chaque soir.
    Pendant l’été, l’atelier est envahi par les hirondelles, mais on ne la voit pas.;
    Petites merveilles de la nature qui soulignent notre ignorance ?

    Répondre
  5. Michael

    Bonjour,
    Je pense avoir des mésanges charbonnières nichés sous mes tuiles, et je voulais savoir si y’avais un risque pour elles ou ses petits? Merci

    Répondre
  6. Chantal Dubois

    Moi je me ruine en graines de tournesol en boule de graisse et graines oiseaux de la nature j ai commencé un jour et depuis je continue en chassant les prédateurs ( chats cachés dans les buissons )

    Répondre
  7. FATHOM

    Les Mésanges dans mon jardin sont fréquentes surtout l’hiver. Grégaire les « charbonnières » accompagnées le plus souvent des « bleues’ puis parfois des « longues queues » mais en se qui me concerne les « huppées »
    viennent comme accompagnatrices en troisième position. A noter que cette constatation est faite cet hiver 2016/2017 et il me semble que le comportement de certains animaux et notamment des oiseaux fait preuve d’une adaptation remarquable.
    Etant photographe animalier amateur j’ai quelques photos sur le sujet.
    Amicalement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *