Origine des noms des Mésanges

Un peu d’étymologie nous aide à comprendre les oiseaux qui nous entourent, et quelques connaissances en latin nous donnent de précieuses informations sur un oiseau même si on ne le connait que de nom (latin!).

Latin

Tout d’abord le nom Mésange vient du francique (Langue de nos ancêtres les Francs) Mésinga, et était le terme utilisé pour nommer les petites Mésanges.

  • Les Paridés

La famille des paridés représentent ce qu’on appelle les « vraies » mésanges. De cette famille sont exclues les Mésanges rémiz et les Mésanges à moustaches dont le nom de Mésange n’est que purement vernaculaire.

Le terme paridé viendrait du latin parra qui signifie bizarrement oiseau de mauvais augure. Le dictionnaire Gaffiot nous donne comme indication supplémentaire: Loriot, Mésange, Orfraie (Chouette effraie) ou Moteux (Traquet moteux).

De toute évidence le terme latin parra ne semble pas vraiment approprié pour désigner les Mésanges. La signification originelle d’oiseau de malheur a probablement due évoluer au cours des siècles pour que les ornithologues choisissent ce nom pour l’attribuer à toute la famille des Mésanges.

  • Mésange bleue (Cyanistes caeruleus)

Pour la Mésange bleue, la traduction du nom scientifique est relativement facile: Cyanistes vient du latin cyaneus et signifie « bleu » (D’où la couleur cyan).

Et le mot latin caeruleus signifie… bleu lui aussi, mais un bleu plus sombre que le cyaneus (Bleu azuré). Les ornithologues ont sans doute souhaité insister sur les différentes et nombreuses nuances de bleus de la livrée de la Mésange « bleue/bleue ».

  • Mésange boréale (Poecile montanus)

Selon le le célèbre dictionnaire de latin Gaffiot, poecile viendrait du grec et veut dire « portique ». Je cherche encore…

En revanche montanus est facile à traduire même pour un non latiniste: relatif à la montagne, de la montagne. La Mésange boréale est particulièrement présente en montagne où elle vit dans les espèces forêts (Même si l’espèce à coloniser d’autres biotopes éloignés des massifs montagneux comme les grandes forêts de la moitié Nord du pays).

  • Mésange charbonnière (Parus Major)

Ici major signifie tout simplement « grande », pour signifier au lecteur que la Parus Major est la plus grande des Mésanges (14cm de long pour 15 gr à 20 gr contre 12cm de long max et une dizaines de grammes pour les autres Mésanges du genre Parus).

Le nom français « charbonnière » lui vient tout simplement de la couleur noire de sa tête et de son poitrail, en référence à la couleur du charbon.

  • Mésange huppée (Lophophanes cristatus)

Je n’ai pas trouvé de traduction pour Lophophanes. Si vous en avez je suis preneur !

Cristatus vient du latin crista: « crête » pour un oiseau, et de cristatus: « qui a une crête », d’où la Mésange huppée.

  • Mésange noire (Periparus ater)

Le terme Periparus me pose problème, je n’ai pas trouvé de traduction convenable (Le terme trouvé le plus proche est « péripatéticien », disciples d’Aristote…). Il s’agit peut-être d’un assemblage.

Ici encore le qualificatif décrit le physique de la Mésange pour faciliter son identification: Ater en latin exprime le « noir », « ce qui manque d’éclat » ce qui correspond parfaitement à cette Mésange au plumage terne et discret. Par extension Ater s’applique à la nuit, à la météo (Tempête, orage), aux lieux (grottes, forêts, à la mer).

  • Mésange nonnette (Poecile palustris)

Dans le cas de la Mésange nonnette, le qualificatif donne une indication non pas sur son anatomie mais sur son habitat, en effet palustris vient de paluster qui signifie « marécageux », « marécage », « marais » et par extension « qui vit dans les marécages, les marais ». Cette précision sur l’habitat de la Mésange nonnette nous indique que l’oiseau vit dans les lieux humides et reculés, et effectivement la Mésange nonnette est totalement absente des zones chaudes et sèches du Sud et du Centre de la France. On la rencontre au Nord et à l’Est. De plus elle recherche les arbres sénescents ou morts pour y creuser son nid dans le bois humide facile à forer, arbres qu’elle trouvera facilement dans les zones marécageuses.

Le terme « nonnette » vient de nonne (Petite nonne) et fait référence à la calotte noire de cette Mésange, semblable à la coiffe des religieuses.

  • Mésange rémiz (Remiz pendulinus)

Aucune indication quant à l’origine du nom « rémiz », ni en latin ni en grec.

Par contre le qualificatif pendulinus, lui, vient du latin pendulus et signifie « pendant » ou « qui pend » en référence bien sûr au nid de la Mésange rémiz qui est tissé en forme de poche suspendue au dessus du vide.

  • Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus)

On retrouve en latin le terme aegithus, qui vient probablement du grec ancien et qui se traduit par « petit oiseau », peut-être même par « mésange ». Terme générique qui correspond cependant relativement bien à la Mésange à longue queue qui est une des plus petites Mésanges si on ne compte pas la longueur de sa queue.

Et à propos des longues plumes caudales de cette Mésange, le nom latin cauda veut dire « queue ». Le nom scientifique de la Mésange à longue queue précise donc que nous avons à faire à un petit oiseau muni d’une queue particulière. C’est en effet sa queue qui distingue la Mésange à longue queue des autres Mésanges.

  • Mésange à moustaches (Panurus biarmicus)

Selon mon dictionnaire de grec, Panurus serait composé de pan, qui signifie « en tout » et de oura pour « queue » soit « toute la queue » pour insister sur l’importance de la queue chez cette Mésange (De la même manière que pour la Mésange à longue queue).

Le qualificatif Biarmicus doit, encore une fois, être composé de 2 mot latins ou grecs, voir latin et grec, si bien que je n’en ai malheureusement pas trouvé la traduction.

Termes de recherche:

  • mesange signification (96)
  • signification mésange (80)
  • latin (38)
  • cyaniste que veut dire se nom (2)
  • mesangess (2)
  • l\origine du mots mesange (1)
  • mésange étymologie (1)
  • nom pour mésange (1)

7 réflexions au sujet de « Origine des noms des Mésanges »

  1. Muller

    Bravo pour ce site.
    Juste un détail remarqué cet hiver et encore ces jours -ci : les mésanges huppées adorent le saindoux et même ne mangent que cela , sur une mangeoire avec beaucoup d’autres mets .

    Répondre
    1. J COUPINOT

      Les graines de tournesol ont, de loin, leur préférence. La margarine est appréciée aussi. A noter que les différentes espèces ne s’entendent pas trop bien … une sorte de racisme ?
      Bravo pour ces recherches !

      Répondre
  2. Sophie

    Ce site consacré aux mésanges est pour moi une agréable découverte. En ce qui concerne votre questionnement sur l’étymologie de la mésange huppée, il semblerait que le grec lophos signifie « huppe », « crête d’oiseau » (j’avais justement appris cela en cherchant l’origine de la colombe lophote qui elle aussi porte une huppe). Quand au suffixe « phane », il serait issu du verbe grec signifiant « apparaître ». Ce nom suivrait donc le modèle répétitif de celui de la mésange bleue…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *